Enfin, un petit CR d’écoute chez un client. Cela faisait longtemps que je n’avais pas fait de retour sur ce type d’expérience, alors que visiblement c’est un exercice qui plait beaucoup aux abonnés de ce blog. Et puis chez les particuliers les conditions sont souvent meilleurs que sur les salons audiophiles.
Comme je le dit souvent. Je suis un privilégié, car cette activité me donne la possibilité de découvrir certains équipements (c’est le cas ici), des albums et artistes qui me sont inconnus, etc … et puis surtout de faire des rencontres. Je ne serai jamais un magasin qui pousse des cartons (je dis pas qu’ils sont tous comme cela, attention), aussi l’aspect humain est pour moi très important. Et je suis toujours curieux et prêt à y consacrer du temps au milieu de mes différentes activités.
Merci de votre accueil et de votre confiance. Si cela donne envie à certains, qu’ils n’hésitent pas à me contacter.

Majestueuses Linn Komri qui entourent la cheminée.

Direction donc, l’ouest de Paris, chez Mr B. un amoureux de Linn. On ne peux pas se tromper en découvrant son système. Et encore à une époque, il a aussi possédé une LP12 Klimax SE / Ekos SE, aujourd’hui remplacée par une très belle LENCO TJN MKII, une merveille préparée au Canada et équipée du plus gros bras Graham Phantom Elite et d’une cellule MC Lyra ATLAS. 

 

Bref, nous avons affaire à un « serial vinyl lover »,  sa source principale et bien sûr à un audiophile passionné de longue date. J’ai eu l’occasion de venir chez lui à 3 ou 4 reprises mesurer de mes oreilles l’évolution de son système au gré des comparaisons effectuées. A chaque visite le gain était très audible. Son système est très résolvant et le moindre changement s’entend, dans une sens comme dans l’autre. C’est donc assez facile de le faire évoluer.

Pour refaire l’histoire de ces évolutions avant de donner mon ressenti sur le système général.

1ère étape : les liaisons RJ45 autour du Klimas DS3

Monsieur B. utilise un Klimax à la fois en streamer pour la musique dématérialisée,  DD et Tidal et en préampli sur lequel est relié son set-up phono.  Il a donc revendu  un préampli de référence très haut de gamme tant l’appareil Linn lui donnait satisfaction.
Un test rapide entre le disque dur externe et le Klimax DS3 qu’il venait d’upgrader avec le DAC Katalyst aura été suffisamment parlant pour généraliser l’ensemble des liaisons RJ45 de son système avec des câbles RJ45 A.Charlin. Même des câbles réputés comme les Nordost Heimdall 2 ne donneront pas de meilleur résultat.
A l’origine, le son semblait brouillon, un peu bouché, manquant de vie…(cela n’engage que moi).
Avec le Charlin entre le Linn et le DD externe,  la restitution a gagné immédiatement en ouverture, les notes étaient plus détourées, donnant un rendu plus précis et surtout, plus naturel, plus équilibré. Pour être honnête, je n’aurais pas imaginé un tel gain possible avant. Chez moi le gap n’est pas aussi marqué.

Du coup, Mr B a également décidé de relier sa source-preamp aux filtres EXAKTBOX désormais Katalyst avec ces mêmes câbles RJ45. A noter que cette upgrade apparait aujourd’hui comme un investissement indispensable. Avis aux audiophiles équipés de la sorte.

2ème étape : Huile de contact Charlin « One Drop »

Un sujet qui fait sourire et qui a valu à Monsieur B de se faire railler sur certains forums. Mais là aussi, seuls ceux qui ont essayés peuvent en parler. Imaginez donc, qui penserait à appliquer une huile de contact sur les connecteurs ? Sérieusement… Et bien l’armée, l’Aérospatiale comme me l’expliquera un client du côté de Toulouse, qui s’occupe de maintenance d’hélicoptères et d’avions de combat au prix astronomique. Les huiles de contact sont monnaie courante dans ce domaine, avec des formules très pointues et différentes selon les pièces et leur fonction. Alors oui, ça faire rire certains, moi, ce sont eux qui me donne la banane. Mais comme le disait la pub Flamby, seuls les imbéciles ne changent pas d’avis. A 99€ le flacon, c’est un investissement ridicule pour tout audiophile qui se respecte et prêt à dépenser des fortunes par ailleurs pour assouvir sa passion.
A noter la sortie d’une nouvelle référence : l’huile  » One More » (175€), que je dois encore tester pour mesurer le Gap avec la One Drop. Vu ce qu ej’ai entendu dessus, je vais encore craquer 🙂

3ème étape : La modulation filtres/ampli XLR

Huit Linn Klimax Solo 500. Il faut cela pour les Komri

Le test effectué avec les câbles Charlin XLR Bleu 2100 MK2,  Diapason d’Or a tourné en faveur des Nordost Odin. Un peu logique, me direz-vous, vu la différence de budget (Pratiquement 1 à 10). Il faudrait pouvoir tester l’Ultimate 2100 qui reste sur le papier une très bonne affaire à la moitié du prix des Nordost. A comparer à l’occasion.

A noter : les câbles HP passent par le vide sanitaire pour atteindre la zone des Komri (Très WAF).

 

4ème étape : Le secteur des Komri et alimentation de Pré-Phono Whest Audio

Sur la Komri le grave est actif et les 4 autres HP sont alimentés séparément

Ces enceintes de référence chez Linn sont considérées par certains comme des usines à gaz. 5 voies qui doivent être multi-amplifiées. Ici ce sont les fameux Klimax Solo 500 au nombre de 8 qui officient. Le grave est actif.

J’ai toujours aimé cet ampli.
Même à bas volume il sort du grave, ce n’est pas forcément le cas de tous les amplificateurs qui me sont passés entre les mains et  qui donnent leur pleine mesure en montant le son.

Ensuite, on trouve les fameuses boites magiques EXAKTBOX upgradées aussi en version Katalyst ,qui gèrent le filtrage et l’adaptation de l’enceinte à l’acoustique de la pièce.

Les 2 boomers de la Komri  ont été littéralement libérés avec la mise en place du Charlin Rouge 5000 MK3.
Plus de rapidité, d’énergie, mais surtout un grave plus profond et plus propre. Avec dans le grave cette sensation d’une meilleure assise, on pourrait dire un grave plus détouré. Finalement, c’est tout l’équilibre et la finesse de l’enceinte qui s’en trouvent modifiés.

2 Barrettes Nordost alimentées avec un Odin et des JMF Audio pour les électroniques SOLO 500

Après les enceintes, Monsieur B a souhaité testé 2 nouveaux câbles secteur sur son ampli phono Whest Audio MC REF V. Le modèle le plus haut de gamme du spécialiste britannique se présente en 2 boîtes  pour le canal droit et le canal gauche. Aussitôt essayé, aussitôt adopté. 🙂

transistors bipolaires et classe A pour le flagship Whest Audio qui en est à la version MK4

A vrai dire, c’est la meilleure écoute vinyle que j’ai pu
faire chez un particulier et de loin. En tout point, la source est
exceptionnelle et je serais curieux de l’écouter face à ma référence la Kronos. Ecouter une telle source est un privilège et un moment rare. Chez Monsieur B., point de CDs, mais une très belle collection de vinyles par contre. j’aurai droit à un super pressage de Led Zeppelin remasterisé chez BBC, le dernier Jean-Michel Jarre. Avec un rendu aussi analogique, pas étonnant qu’il n’ait pas spécialement envie d’écouter autre chose. La magie du vinyle opère ici dès les premières notes. Et ce n’est pas demain que d’autres sources numériques atteindront ce niveau à mon avis.

Sur le chemin du retour je ne peux m’empêcher de me demander ce que cela donnerait sur mon système HR et hyper résolvant.

Conclusion

Ici avec un écran manuel de grande qualité

Certes, nous sommes devant un système dépassant les 300 k€ et il est légitime de se dire que c’est la moindre des choses que cela marche fort. Mais, ce qui me réjouit c’est de constater que certains maillons, deux, quatre, dix fois moins chers peuvent donner un aussi bon résultat, voire meilleur.
Plus le temps passe, plus Monsieur B. avance dans l’optimisation de son système et à chaque écoute, l’équilibre et le naturel progressent. Le grave donné pour 20Hz sur les Komri est tout simplement redoutable. Je suis convaincu que le chemin est encore long et que ce système exceptionnel peut aller encore plus loin en aération et transparence. Seul l’avenir le dira.
Enfin, que dire de son écoute vinyle… il me tarde déjà d’y retourner.